Avent 2020- jour 20 : Le pouvoir des mots

Avent 2020- jour 20 : Le pouvoir des mots

Un mot de deux syllabes. Un mot tout simple, en apparence, mais qui fait pourtant la  différence. Je ne parle pas ici des règles de politesse. De celles que l'on nous a enseignées lorsque nous étions enfants. Non. Elles ont leur importance bien sûr, mais ce n'est pas de cela dont je voulais vous entretenir aujourd'hui.

Il y a un peu plus d'un an, je suis allée avec des amis dans un restaurant japonais. Vous savez, ce genre de restaurant dans lequel une fois le prix du repas payé, vous pouvez manger tout ce que vous voulez. Une formule buffet en quelque sorte sauf que là, pas la peine de vous lever pour vous servir ou vous resservir : les plats viennent à vous. Ils défilent non-stop sur un tapis roulant, juste sous vos yeux. Il vous suffit de tendre la main pour prendre ce qui vous fait envie.

Le paradis n'est ce pas ? Surtout pour quelqu'un qui comme moi aime manger. Et bien non. Très vite l'expérience s'est transformée en enfer. Là,j'exagère un peu. Disons que cela  a réveillé certains de mes anciens démons.

Au lieu de savourer, de profiter, de ce que j'avais dans mon assiette, je me suis mise à guetter ce qui sortait des cuisines. Pour voir ce qu'il y avait de nouveau. Pour vérifier que quelque chose de meilleur ne se présentait pas. Jamais là, jamais présente à ce que je faisais, mais au contraire tournée vers l’extérieur, vers ce qui pouvait venir, j'avais peur de rater quelque chose. Un comble dans ce genre de restaurant.

Au lieu de faire l'expérience du contentement, de me réjouir de la diversité, j'étais en proie à l'avidité. Quand je suis sortie, inutile de dire que j'avais mangé bien au delà de ma faim et que là encore, ce n'était pas une sensation agréable.

Et bien j'ai l’impression par moment d'être encore dans ce restaurant. Cette année qui s'achève a été difficile pour beaucoup d'entre nous. C'est un fait. Pertes d'êtres chers, maladies, séparations, renoncements, restrictions... Nous avons fait face à beaucoup d’événements douloureux , à beaucoup d’angoisses et de peurs. Et ce n'est certainement pas fini.

Oui, il est plus facile de faire l'inventaire de ce qui nous manque, de ce que nous n'avons pas, de ce que nous avons perdu plutôt que de prendre conscience de ce qui nous entoure. Pourtant si nous pouvions voir ce que nous avons à portée de main comme richesses, pas seulement matérielles, comme amour, comme joies, comme beauté, nous pourrions dire merci. Nous pourrions être reconnaissants, être dans le contentement, la gratitude.

Il ne s'agit pas de nier les difficultés, de se voiler la face, non, mais d'être objectif.

Aujourd'hui et dans les jours à venir, je vous invite à faire le compte de tous ces bonheurs petits ou grands que vous avez connus cette année , cette semaine, ce week-end. Vous verrez, cela fait une sacrée différence!

 

 

 

Contactez-nous

Je reste à votre écoute

Merci pour votre message, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.
Erreur ! Réponse captcha incorrecte
Erreur ! Adresse email invalide
Erreur ! Adresse email déjà renseignée dans notre base
Erreur ! Une erreur est survenue durant le téléchargement de votre fichier
Erreur ! Une erreur est survenue (template manquant)

Adresse

30 Rue Chanoine Dionneau , 49130 Pont-de-Cé

Téléphone

+33 6 37 19 57 41